Vous êtes ici : > Accueil > Résolution pour les assemblées générales de sections

Résolution pour les assemblées générales de sections

27/02/2011 10:57 par Céline Fava

Réunis en Assemblée générale, les adhérents de la FNATH et leurs sympathisants ont été informés
des principales actions menées en 2010, tant au plan local que national, notamment pour :
- accompagner toutes les victimes du travail et améliorer leur indemnisation,
- assurer la prise en compte de la pénibilité au travail dans le projet de loi de réforme des
retraites,
- préserver les principes d’accessibilité votés dans le cadre de la loi du 11 février 2005 sur les
personnes handicapées et rechercher des ressources permettant de vivre dignement,
- promouvoir l’égalité des chances et s’inscrire pleinement dans la lutte contre les
discriminations,
- garantir l’accès aux soins en particulier dans les zones rurales et semi-rurales et lutter contre
les déserts médicaux,
- combattre les dépassements d’honoraires et autres déremboursements de médicaments qui
pèsent de plus en plus sur les usagers du système de santé.
En 2011, la FNATH, devenue un acteur incontournable de l’histoire sociale de notre pays, fête ses 90 ans. Les participants conservent avec fierté le souvenir des combats menés par leurs prédécesseurs depuis 1921 et des grandes avancées obtenues. Ces progrès sociaux sont devenus si communs que ceux qui en sont les bénéficiaires, aujourd’hui, ont oublié qu’ils le doivent à la mobilisation des militants de la FNATH. Il en est ainsi, par exemple, et pour n’en citer qu’un, de la loi de septembre 1954 qui, après près de 2 ans de mobilisation et de combats, instituait le principe de la revalorisation annuelle des rentes et évitait que la victime du travail et sa famille ne se retrouvent avec un montant de pension misérable quelques années après l’accident du fait de l’inflation.
Mais rien n’est jamais acquis et il est nécessaire, comme en 1921, de défendre nos droits légitimes et
d’améliorer encore le quotidien des personnes accidentées, invalides ou malades. La crise
économique donne, à certains, le prétexte pour demander et obtenir des régressions sociales
majeures, comme en témoigne la fiscalisation des indemnités journalières perçues par les victimes
du travail ou le refus d’harmoniser par le haut le montant des rentes des veuves et des orphelins du
travail. Il s’agit de lutter, comme en 1921, contre les idées qui consistent à stigmatiser les accidentés
du travail et à les désigner comme des « privilégiés » aux yeux des autres personnes qui souffrent.
Pour cela, la fidélité de nos militants et l’adhésion de tous ou le simple soutien à nos valeurs de
solidarité et de dignité sont nécessaires pour nous permettre de poursuivre nos combats.
En 2011, les participants à l’assemblée générale ont décidé de se mobiliser sur deux sujets qui les concernent directement et qu’ils tiennent pour prioritaires :
- L’amélioration de l’indemnisation des victimes du travail
Une quarantaine de parlementaires vont déposer dans le courant du premier trimestre une
proposition de loi directement inspirée du livre blanc publié par la FNATH en janvier 2010. Ce
texte, initié par Marie-Anne Montchamp, depuis entrée au Gouvernement, est maintenant
porté par Jean-Yves Cousin, député du Calvados. Composé de 6 articles, ce texte
constituerait une avancée importante pour les victimes du travail s’il était adopté. En cette
année anniversaire, les militantes et militants de la FNATH ont décidé de faire de l’adoption
de ce texte une priorité et de se mobiliser fortement pour qu’il soit inscrit à l’ordre du jour
des débats parlementaires et effectivement adopté dans des délais rapides. En conséquence,
la FNATH incite les parlementaires et personnalités représentés lors de son assemblée
générale à soutenir et à promouvoir cette proposition de loi.
- Une réforme de la dépendance véritablement solidaire
Le gouvernement a annoncé que la réforme de la dépendance constituerait une de ses
priorités pour les prochains mois. Depuis de nombreuses années, la FNATH demande la
création d’une nouvelle branche de la sécurité, intégrant l’ensemble des personnes
concernées par la perte d’autonomie (personnes âgées et handicapées). Il s’agit d’envisager
la création d’une prestation de compensation, universelle et personnalisée (personnes âgées
et personnes handicapées), quel que soit l’âge, le projet de vie et le lieu d’habitation de la
personne. Pour un tel enjeu de société, on ne peut envisager qu’un financement reposant sur
la solidarité nationale, ne laissant aux assureurs privés qu’une place mineure afin d’assurer à
tous quelle que soit la situation de fortune une prise en charge identique et conforme à
l’égalité de traitement et mettant à contribution de manière équitable toutes les catégories
sociales. La contribution sociale généralisée (CSG) constitue l’assiette socio-fiscale la plus
large et donc la plus juste. La FNATH participera pleinement aux négociations qui s’ouvrent
sur le sujet.
Enfin, les participants à l’assemblée générale, informés des actions menées en 2011, ont décidé de
s’impliquer pleinement dans les actions suivantes :
- les pique-niques de la diversité du 18 juin au 14 juillet : comme depuis plusieurs années
maintenant, cette opération permet de réunir les adhérents de la FNATH et de s’ouvrir
vers d’autres publics afin de promouvoir la diversité,
- la semaine nationale de la FNATH qui se tiendra du 15 au 22 octobre 2011, sur le thème
« Vivre après un accident ou une maladie ». et se déclinera en de nombreuses actions, en
particulier les Jacinthes de l’Espoir, mais aussi des débats, animations, portes ouvertes…
En conclusion, l’actrice Macha Méril, marraine de l’association, a tenu à communiquer aux membres de la FNATH ce message enthousiaste d’espoir et de félicitations:
«
Nos adhérents, partout en France, consacrent du temps et de l’énergie à toutes ces personnes qui, sans leur aide, seraient rejetées dans l’ombre de la misère. Je veux dire merci et bravo à tous nos militants, les féliciter de leur constance et de leur dévouement anonyme, et dire à tous ceux qui voudraient nous rejoindre : ici, c’est une grande famille, et dans un monde de «chacun pour soi », ces rencontres donnent à nos vies une dimension supérieure, un souffle qui nous élève et nous relie. »


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org