Vous êtes ici : > Accueil > PLFSS pour 2011 : la « réforme rampante » de l’assurance maladie se poursuit avec une augmentation du reste à charge

PLFSS pour 2011 : la « réforme rampante » de l’assurance maladie se poursuit avec une augmentation du reste à charge

29/09/2010 07:36 par Céline Fava

La FNATH, association des Accidentés de la vie a pris connaissance dans la presse des mesures que le Gouvernement souhaite faire voter dans la prochaine loi de financement de la sécurité sociale sans aucune information ou concertation avec les associations de personnes malades et handicapées.
 
Après la hausse spectaculaire du forfait journalier hospitalier l’an passé, le Gouvernement propose, cette année, de réduire le remboursement de la consultation chez le médecin ainsi que des hospitalisations, tout en continuant inlassablement à dérembourser les médicaments à vignette bleue.
 
Il s’agit, une nouvelle fois, de faire supporter aux assurés et à leurs familles des frais supplémentaires en poursuivant la logique du désengagement de la Sécurité sociale, solidaire et universelle, au profit des assureurs privés et des mutuelles.
 
Pour la FNATH, cette nouvelle augmentation du reste à charge des dépenses de santé est grave car elle est continue depuis 2004.
 
Alors que le Gouvernement vient d’ouvrir un « boulevard » aux assureurs du secteur privé dans le champ des retraites en obligeant quasiment les salariés à prendre un plan de retraite en entreprise et s’apprête à faire de même pour la dépendance, il construit, année après année, une sécurité sociale « bis » aux mains des mêmes assureurs et des mutuelles.
 
Contrairement à ce qui est expliqué, le transfert des remboursements vers le secteur privé aura des conséquences directes et immédiates pour les malades et leurs familles en raison de l’augmentation dès l’année prochaine du montant des cotisations des complémentaires de santé.
 
Au-delà, c’est encore une fois ceux qui n’ont pas ou non plus les moyens d’acquérir une complémentaire santé - les précaires, les petits pensionnés, les personnes handicapées et âgées - qui seront les « laissés pour compte » de ces mesures.
 
Aussi, la FNATH demande a minima que les plafonds de la CMU complémentaire et de l’aide à la complémentaire santé soient revus de façon conséquente pour garantir à ces millions de personnes un accès effectif à notre système de soins.
 
Outre, la question de l’égalité de traitement dans l’accès aux soins qui n’existe déjà plus, c’est bien la philosophie même de la sécurité sociale qui finit par être atteinte au fil du temps.
 


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org